Tout revoir

Pour ceux d’entre nous qui ont étudié la théorie économique, il semble assez flagrant que malgré toutes les pages de théorie économique ingurgitées lors de nos études universitaires, nous n’avons pratiquement aucune idée de ce qui se passe ni quoi faire en  ce qui concerne le sous-développement en Afrique. Le plus déconcertant, c’est que nos prédécesseurs semblent n’avoir aucune idée non plus. Le respect des économistes africains est au même niveau que le développement du continent. L’impuissance des économistes africains faces aux réalités africaines ne laisse aucun doute que la sphère dans laquelle ils vivent et réfléchissent est de loin différent de la sphère réelle.

Nous faisons des hypothèses sur la réalité économique (nous modélisons) qui tendent à lui enlever sa réalité. Les plus grand maux dont souffre les économies africaines sont le fait même de ces hypothèse (et nous les connaissons) devenues dogmatiques : la rationalité des agents économiques ou l’efficacité des marché qui conduisent à l’exigence de la réduction des dépenses publiques ou la restriction de l’activité de la banque centrale au ciblage d’inflation. Ces hypothèses nous le savons tous ne reflètent en rien la réalité économique de l’Afrique. La rationalité dont parle la théorie économique est différente de celle que l’on vie au quotidien et ces marchés efficaces, vous ne les croiserez nulle part dans le monde. La méthodologie économique dominante actuellement serait-elle aussi inutile que belle à nos yeux ? Sert-elle vraiment à modéliser les réalités économiques afin de remédier aux maux ? Ou serait-ce tout simplement des acrobaties Mathématiques permettant des publications applaudies au sein d’une petite communauté renfermée ne jouant plus son rôle ?

J. M. Keynes l’avait dit, un bon économiste doit combiner en lui des qualités de mathématicien, historien, politicien et philosophe. Aujourd’hui, je le pense ; il doit aussi et surtout avoir des qualités de sociologue et de psychologue. En effet chaque économie étudiée renferme une organisation sociale particulière telle que son étudier nécessiterait la prise en compte de ces tous ces aspects spécifiés. En plus, de nos jours, les économistes ont surtout des compétences de statisticien (et quels statisticiens?) mettant ainsi aux oubliettes les autres qualités requises. Ainsi, l’analyse économique n’est-elle plus que fade, voire amer, tortures de données et descriptions statistiques sur la base d’hypothèses dogmatisées jamais entièrement révisées et toujours acceptée sous des tournures grammaticales différentes.

Certes, il est des réalités que l’on ne peut réfuter. Mais on ne peut pas produire de grands esprits pouvant impacter l’histoire économique et créer de nouvelles solutions, en ne leur apprenant que des outils très spécifiques pour un marché très précis. Vous ne produirez de grands penseurs, qu’en leur apprenant à penser le monde comme (en terme de méthode)  l’ont pensé A. Smith, D. Richardo, J. M. Keynes… L’épistémologie nous enseigne que le raisonnement de l’abstrait est seul fertile en visions et méthodes nouvelles. Offrant ainsi de nouvelles perspectives théoriques, et donc une description meilleure de la réalité économique et des politiques économiques. L’expérience quant à elle nous enseigne que les grands esprits, du haut de leurs théories abstraites sur des économies inexistantes (traduisant un certain idéal et non une réalité), devraient être à mesure de comprendre, décrire, expliquer un contexte économique spécifique afin de donner aux maux, ‘‘LES solutions’’. Dans le cas contraire ils ne sauraient se targuer d’une quelconque grandeur d’esprit. De même, si nous, économistes africains et autres spécialistes africains ne trouvons pas de solutions à résultats au problème africain, qui pourtant est spécifique, il va de soi que le respect pour l’Economie et ses praticiens aille en diminuant. QUE FAUT-IL CHANGER ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *