Finance mobile : peut-on améliorer l’inclusion financière à travers la banque mobile?

mobile banking

mobile banking

La faible inclusion financière dans les pays en développement peut être perçue sous un autre œil. La rigidité des institutions financières, l’inadéquation des services octroyés et le manque de proximité et d’ouverture sont tant de raisons qui amènent les populations pauvres a s’exclurent d’eux même. Les institutions de microfinance (IMF) étaient censées apporter des solutions pour combler ces lacunes, mais aujourd’hui, on constate qu’elles ont échoué.

Certes, la microfinance a apporté un horizon nouveau, des espoirs, mais aussi des succès, mais son impact sur la pauvreté et l’emploi reste encore très mitigés. D’après Guérin, et al. (2007), la microfinance est restée aussi rigide que le système bancaire. Aussi, ses échéances et ses modalités autour du crédit l’ont rendu inefficace à répondre aux besoins des pauvres. En parlant des services de microfinance, ces auteurs trouvent qu’« Ils sont encore très largement inadaptés à une demande extrêmement complexe et diversifiée, et ceci vaut tant pour la microfinance commerciale que pour celle ayant des objectifs immédiatement sociaux. » De plus, la microfinance aurait contribué à accroitre les inégalités, car « L’offre a souvent tendance à se concentrer dans les territoires les plus riches, avec deux conséquences : un renforcement des inégalités territoriales préexistantes, mais aussi des risques de saturation de l’offre et de surendettement des clients. » Pour trouver un système financier adapté il est nécessaire d’innove.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) se sont présentées comme l’innovation majeure du siècle. Elles offrent aujourd’hui de nouveaux horizons à la banque africaine. En effet, le Kenya expérimente avec succès la banque mobile – pour l’instant utilisé uniquement pour les transferts de fonds et les achats – un portefeuille intégré au téléphone mobile répondant au besoin de mobilité des Africains. Musuku et al. (2011) trouve en cette innovation le moyen de réduire les coûts des transferts au sein de la zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-africaine). D’après Kumar et al. (2010) « la banque mobile promet une révolution en termes de portée et de service à un très faible coût ». Pourquoi devrions-nous porter des espoirs sur cette innovation et la nouvelle génération de banque[1] qu’elle pourrait créer ?

La seule et unique raison est qu’elle répondrait à la fois aux besoins de proximité, de spontanéité et de mobilité. Cette raison en elle seule suffirait – surtout si cette banque fait preuve de flexibilité – à inclure la grande majorité des populations africaines. Nous pouvons affirmer cela à postériori pour notre connaissance du pouvoir de pénétration des marchés qu’a eu le téléphone mobile en Afrique. En effet, sur la dernière décennie, le taux de pénétration moyen annuel du mobile fut de 43 % en Afrique contre 22 % pour le monde. Au départ, on ne pouvait s’imaginer que cet outil qu’est le mobile peut conquérir des populations analphabètes dans des milieux ruraux. Mais le besoin et la simplicité de l’outil – il est apparu que ce nouveau mode de communication sied à l’environnement et à la logique du continent – l’emportèrent face aux obstacles. La banque mobile pourrait ainsi épouser les caractéristiques du téléphone mobile et conquérir à son tour toute l’Afrique et par là, offrir de nouvelles opportunités.


[1] Une banque accessible (tout service compris) à partir du téléphone portable.

Références

Guérin, Isabelle; Cyril  Fouillet; Isabelle Hillenkamp; Olivier Martinez; Solène Morvant-Roux and Marc Roesch. 2007. « Microfinance : Effets Mitigés Sur La Lutte Contre La Pauvreté, » Annuaire suisse de politique de développement [En ligne]. Revue.org,

Kumar, Kabir ; Claudia McKay and Sarah  Rotman. 2010. « Microfinance Et Banque Mobile : Quelles Expériences À Ce Jour ?, » Washington, DC: CGAP, 20.

Musuku, Thilasoni Benjamin  ; Maria Chiara Malaguti; Andrew McEwen Mason and Ceu  Pereira. 2011. « Lowering the Cost of Payments and Money Transfers in Uemoa, » Africa Trade Policy Notes.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Dodji Kossi dit :

    Article intéressant

  2. ibra saw dit :

    ce constat est très pertinant et subjectivement j dirai que particulierement le Burkina faso a une micro finance très en retard. La micro finance devrait etre en proximité des populations rurales qui constituent le potentiel utilisateur des produit de ces IMF, les codition d’accès a ces microfinance sont très difficiles au citoyen lamda.

  3. Soledad dit :

    Ces opinions sont assez biaisés « Afrique ». La microemtreprises et le microcrédit représentent représentent la clé de la réussite de l’économmie péruvienne. C’est le 50% de la main d’oeuvre et des taux de croissance du PBI : +6.8% ,+7.7% , +8.9% ,+9.8% +8.7% , +6.9%, +6% (2012), le pays affiche déjà un taux proche de 6% pour l’année 2013, dépassant ainsi les moyennes de croissance de la région et la performance des principales économies de la région.
    Les classes sociales moins riches devienent les plus consomatrices et boostent l’économie. La microentreprise et la microfinance est la clé du développement !

    • Marcel dit :

      Très certainement la micro-entreprise porte l’espoir du monde en développement. Au Burkina Faso, elle participe à travers le secteur informel à plus de 25% du PIB et occupe près de 70% de la main d’œuvre urbaine. Nous ne nions pas ici l’utilité de la microfinance mais nous soulignons des insuffisances et souhaitons orienter la réflexion vers la recherche de solution pour rendre les IMF plus efficaces. En effet, à l’échelle microéconomique elle a eu des effets notables. Cependant on constate que de nombreux crédits contractés servaient plus à rembourser d’autres crédits qu’à investir. Les délais de d’octroie des micro-crédits sont long et ne permettent pas une bonne gestion de la trésorerie. De plus, les IMF ont pour habitude de s’installer dans des zones où florissantes, participant ainsi à l’accroissement des inégalités. Bref, il faut trouver des solutions pour approcher les services de microfinance des besoins des pauvres.
      PS : Ici, les classes les moins riches ont toujours été les plus grandes consommatrices de bien locaux (qui boostent l’économie). Les riches consomment surtout des biens importés ; s’ils participent à la croissance, ce serait à travers quelques investissements. (Il s’agit d’un constat personnel)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *